Marteau pilon

A la fin de l’été 2015 à l’occasion d’un voyage touristique, je suis passé visiter une maison franc-comtoise « typique », celle dont l’organisation repose sur la pièce centrale où l’on se réchauffe, se retrouve, cuisine… et où l’on met à sécher et à fumer tous ces délices comme la saucisse de Morteau !

Avant que l’on entame la visite, un vieux monsieur habitant à côté est venu nous rencontrer. Il était souriant, en bleu de travail, et nous voyions bien qu’il avait envie de nous montrer ce qu’il « bricolait » dans son atelier.

En toute modestie, il était toujours capable de :

  • Ferrer les sabots des chevaux, ânes et vaches
  • Forger les fers pour ces animaux
  • Concevoir et réaliser le « portique » pour harnacher l’animal pendant son travail
  • Tourner et fraiser le bois et le métal
  • Adapter une nouvelle motorisation à l’une de ses machines
  • Adapter ou concevoir et réaliser un nouvel outil pour ses machines
  • Fabriquer des tonneaux

Il était en somme à la fois maréchal ferrant , fraiseur-tourneur-outilleur, et tonnelier !

Il nous a présenté son marteau-pilon (nécessaire pour mettre en forme un morceau de métal ramolli par la chaleur de la forge).

IMGP9453
Marteau pilon

On ne l’aperçoit pas vraiment sur la photo, mais cette machine (comme toutes les autres fonctionnant dans l’atelier) était mue par une courroie. Le principe se retrouve dans les ateliers des 19ème et 20ème siècle :

  • une motorisation (machine à vapeur, moteur électrique…) générale fait tourner un arbre de grande longueur situé au plafond de l’atelier
  • plusieurs poulies équipent cet arbre, une par machine, et chaque poulie fait tourner une courroie dans le plan vertical
  • au sol, chaque machine est reliée à « sa » courroie
  • un dispositif « d’embrayage » sur chaque machine permet de récupérer ou non l’énergie mécanique de rotation apportée par la courroie

Ne me souvenant plus du nom de ce marteau-pilon, j’ai finalement demandé de l’aide sur le forum metalworkforums.com. Les réponses de spécialistes sont arrivées très rapidement !

Ce marteau-pilon est un « Blacker », datant du début du vingtième siècle. En voici une publicité :

Blacker 1913

Et une démonstration d’utilisation, où l’on voit nettement l’utilité du dispositif de déplacement motorisé de l’aire de frappe, ainsi que l’amplitude variable du déplacement du marteau.

 

3 thoughts on “Marteau pilon

  1. bonjour

    dans la démonstration d’utilisation ainsi que dans la pub plus haut vous avez un BLACKER -BARNES alors que sur la photo prise dans la forge vous avez un BLACKER BURTON
    la différence n’est qu’une question de date de fabrication de lieue de fabrication le BLACKER BURTON est beaucoup plus ancien que le BARNES BLACKER
    la vente de ces pilons n’a pas été importante car très cher et surtout nécessitant un entretient et un soin particulier
    ils ont disparut faute de manque de pièce d’usure avec la guerre de 40
    leurs utilisateurs reste aujourd’hui rare mais garde précieusement ces mécaniques en marche au quotidien pour forger de grosse section

    bernard

  2. bonjour

    oui la lubrification est très importante elle doit ètre très régulière

    et surtout bien surveiller le parallélisme des arbres portant le frappeur

    le ressort de droite doit ètre surveillés car sinon il y as décalage

    la petite savonnette (en fonte sur les modèles vendus au royaume unis ) en bronze (sur nos modèles) s’use et surtout quand elle est décalée ne remonte plus correctement

    dans mon secteur géographique j’en connais 5 en activités (bientôt 6) de forge ferronnerie ou taillanderie (pro bien entendu)

    et si vous en connaissez d’autre ont cherche!!!!

    bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *